Logo l'Echo du Solaire
publicité
HEBDO - MENSUEL - NOUVEAUX PRODUITS - PUBLICITE - CONTACT NEWSLETTER GRATUITE
   
TABLEAU DE BORD
Technologies
Marchés
Entreprises
Politiques
Rubriques
Réalisations
Investissements
Fusions/Acquisitions
Restructurations
Accords
Espace PRODUITS
Espace SERVICES
Newsletter gratuite
Tarifs pub, lectorat
Publiez vos produits
Contact
L'Echo du solaire
VIPress.net
Share |

version imprimable
Cellules solaires : le consortium français PV20 vise une production de 500 MW en 2020

Silicium>Cellules >France>Subventions>Créations>Industrialisation>R&D
23/02/2010 14:55:55 :

Pour Loïc de Poix, président du directoire de MPO, la parenté entre l'industrie du disque optique et celle des cellules solaires est suffisamment proche pour donner matière à une diversification au sein de son groupe ; en s'entourant de trois industriels – Emix, Semco Engineering et Tenesol – et avec le concours du CEA à travers l'Ines, il vise à créer une filière photovoltaïque presque totalement « made in France » ….
 
publicité


Ses objectifs sont ambitieux : une industrialisation rapide avec démarrage de la production de cellules solaires sur ligne pilote dès 2011, la création de 240 emplois et un chiffre d'affaires de 200 M€ en 2015 et plus de 300 M€ en 2020, une capacité de production de 500 MW en 2020, la parité réseau en 2017.

Actif depuis près de six mois, le consortium, appelé PV20, s'est fixé une durée de coopération de 40 mois, soit un aboutissement au printemps 2013. L'investissement s'élève à près de 25 M€, dont 10 M€ proviennent d'Oséo sous la forme de 40% de subventions et de 60% d'avances remboursables.

Pas question de faire trop petit

Les délais de développement prévus peuvent sembler longs et les investissements dérisoires face à la concurrence internationale. « Nous souhaitons maîtriser l'ensemble de la chaîne afin de tirer un maximum de performances et de gain de productivité à chaque étape et d'en réduire les coûts. Il n'y aura pas de rupture technologique mais une approche « novatrice » des process utilisés et il n'est pas question de faire trop petit », contre néanmoins Loïc de Poix.

La filiale MPO Energy veut en effet bâtir son succès sur le silicium polycristallin à monojonction, la technologie la plus classique à l'heure actuelle. Au plan production, la feuille de route affiche, elle, une montée en puissance progressive, depuis l'installation d'une première ligne de fabrication sur le site de MPO à Averton, en Mayenne, avec une capacité de production de démarrage de 13 MW en 2011, puis une duplication de cette ligne dans les autres usines du groupe dans le monde (Espagne, Thaïlande) jusqu'à atteindre une capacité de 500 MW en 2020.

L'approche « novatrice » résidera notamment dans le procédé de coulée continue d'Emix pour la fabrication des lingots de silicium (30 à 50% moins coûteux que le procédé de tirage), et dans les lignes d'équipements – fours et dépôt PECVD – pour la production des cellules à haute cadence (3000 cellules/h) de Semco Engineering dont la filiale Irysolar est déjà présente dans le photovoltaïque. La contribution de l'Ines portera sur la recherche appliquée et l'optimisation des procédés pour augmenter les rendements de conversion (structuration par voie sèche, métallisation face avant, passivation face arrière). Tenesol participera, entre autres, à l'élaboration du cahier des charges et travaillera avec MPO en amont sur la compatibilité technique avec le process d'assemblage des panneaux PV.

Les travaux portent actuellement sur une validation de cellules solaires avec un rendement de 16,5%, d'ici juillet 2010, voire une petite production (4 MW) sur ligne pilote chez Irysolar. L'objectif consistera ensuite à atteindre un rendement de 20% dans les 5 ans. Les cellules solaires produites devraient en outre être ajustées au mieux au climat et à l'ensoleillement en France.


Retour en haut

Tarifs d'achat : le gouvernement lève le voile sur la période de rétroactivité

Centralesphotovoltaïques>France>Réglementation
23/02/2010 14:58:10 :

Enfin, un peu de clarté … le communiqué publié le 17 février dernier par le ministère de l'environnement précise les conditions d'éligibilité aux tarifs d'achat de 2006 pour les projets déposés entre le 1er novembre 2009 et la date de publication de l'arrêté du 12 janvier dernier ; le ministère a ainsi décidé de « traiter de manière différenciée les projets abusifs ou spéculatifs d’une part, et les projets de taille raisonnable menés de bonne foi, notamment dans le secteur agricole, d’autre part » ….

Le ministère précise : « le dépouillement des milliers de demandes reçues par EDF et ErDF révèle en effet que seules quelques centaines de projets de plus de 250 kW (soit 2500 m2 de panneaux), représentant la majorité de la puissance, seraient abusifs et qu’à l’inverse, environ 15 000 projets de petite taille (moins de 36 kW) représentent une très faible puissance. »

Le ministère a donc, a priori, été à l'écoute des agriculteurs et des installateurs. Il souligne aussi que, « afin de tenir compte des enseignements de l’analyse des dossiers reçus fin 2009, le bénéfice des tarifs d’intégration au bâti (58 ou 50 c€/kWh) sera désormais limité aux seules installations de puissance inférieure à 250 kWc. »

Enfin, le traitement « différencié » des dossiers apporte de nouvelles contraintes. Ainsi, les projets qui pourront bénéficier des tarifs 2006 sont :
- les installations pour lesquelles une demande de contrat d’achat a été formulée avant le 1er novembre 2009 ;
- les installations de puissance inférieure à 36 kWc pour lesquelles une demande de contrat d’achat a été formulée avant le 11 janvier 2010 ;
- les installations de 36 à 250kWc pour lesquelles une demande de contrat d’achat et une demande complète de raccordement ont été formulées avant le 11 janvier 2010 ;
- et les installations de 36 à 250 kWc pour lesquelles une demande de contrat d’achat a été formulée avant le 11 janvier 2010 et qui remplissent plusieurs conditions dont certaines doivent faire l’objet d’une attestation préfectorale. Pour en savoir plus, veuillez cliquer ici

Le dispositif devrait faire l'objet d'un arrêté dont la publication est prévue début mars 2010.

Retour en haut

Demandes de raccordement ERDF : où est la bulle spéculative ?

Centralesphotovoltaïques>France
23/02/2010 14:52:00 :

ERDF Distribution vient de publier les chiffres concernant les demandes de raccordement au dernier trimestre 2009 et la file d'attente existant à fin 2009 : force est de constater que le nombre de demandes a effectivement pris une ampleur insoupçonnée jusque là, surtout pour les installations de plus de 36 kVA avec 4933 demandes pour une puissance cumulée de 2339,5 MW à fin décembre, soit une progression de 792,3 MW comparé à fin septembre 2009 ….

Quid des 3000 à 4000 MW déposés en novembre et décembre 2009 dont il avait été question dans le communiqué du ministère de l'environnement en janvier ?

Statistiques ERDF



Retour en haut

Solairedirect plaide pour une nouvelle baisse significative des tarifs d'achat dès fin 2010

Centralesphotovoltaïques>France>Réglementation>Stratégie
23/02/2010 15:04:12 :

« Les décisions ministérielles vont plutôt dans le bon sens même si, sur la forme, il y a bien-sûr à redire », nous a déclaré Thierry Lepercq, président de Solairedirect, en guise de commentaire du communiqué ministériel ; « d'ailleurs, nous-même plaidons pour une baisse supplémentaire significative des tarifs d'achat de l'ordre de 10 à 20% dès fin 2010 »….

Pour l'opérateur d'électricité solaire, il est en effet urgent de construire une feuille de route ambitieuse, responsable et crédible. « Les Français plébiscitent sans équivoque l'électricité photovoltaïque. Pour autant, cette filière traverse une crise de croissance et de confiance », avance Thierry Lepercq.

Pour concrétiser cette feuille de route, Solairedirect a déjà pris certaines initiatives en liaison avec des acteurs des territoires, les pouvoirs publics, des acteurs de la filière PV en France et des organismes professionnels. Les objectifs : lancer la conception de plans territoires solaires ; assurer le développement de véritables filières industrielles créatrices d'emplois durables par la mise en place de règles de contenu local de l'ordre de 50 à 60% ; garantir la viabilité économique en visant une parité réseau à l'horizon 2015.

Lire également notre récent article sur Solairedirect

Retour en haut

Tarifs d'achat : les réactions, suite ‎…

Centralesphotovoltaïques>France>Réglementation
23/02/2010 15:01:35 :

A peine publié, le communiqué du ministère a soulevé de nombreuses réactions dont la plupart se résument en deux lignes : incompréhension quant à l'approche discriminatoire pour traiter les dossiers en suspens ; critiques quant à la limitation du tarif intégré au bâti aux installations de moins de 250 kW ….

Pour le SER, « les chiffres publiés par ERDF montrent que, pour le tarif intégré au bâti, les dossiers en suspens représentent environ 480 MW, à comparer aux 2800 MW qui figurent dans la communication du gouvernement. On peut estimer que 80% de ces projets verront effectivement le jour, soit environ 390 MW. Il suffit donc de prendre en compte le critère «demande complète de raccordement » au lieu du critère « demande de contrat d’achat » pour diviser par plus de six la dimension du problème ... On peut s’inquiéter de l’annonce de limiter le bénéfice du tarif intégré au bâti aux seules installations d’une puissance inférieure à 250 kWc ... Il est nécessaire et possible de trouver des critères objectifs qui, tout en contenant le coût pour la collectivité, permettent de consolider une filière industrielle en plein décollage. Le SER fera des propositions en ce sens. »

Le commentaire d'Enerplan : «  Nous reconnaissons la nécessité de « traiter » la file de demandes en partie spéculatives de la fin 2009 … Notre préoccupation est de ne pas mettre à mal des entreprises qui s’inscrivent dans une dynamique de développement durable. Une préoccupation que nous souhaiterions voir partagée par le ministère de l’environnement, qui semble ne pas se rendre compte de la fragilité des PME et PMI investies dans ce secteur sans philosophie spéculative. »

Rappelons que, lors du débat au parlement le 17 février dernier (juste avant la publication du communiqué le soir même), le ministre de l'environnement Jean-Louis Borloo avait d'ailleurs dit : « la signature de tous les contrats antérieurs à l’arrêté du 12 janvier 2010 sera honorée ; durant la période intermédiaire, toutes les installations – essentiellement dans les exploitations agricoles – de moins de 36 kW seront intégralement reprises, quelles que soient la date et la forme de la demande – quinze mille exploitations sont concernées. Les très grosses exploitations – produisant plus de 250 kW – seront soumises aux nouveaux tarifs. Les autres, et seulement s’il est prouvé que la stratégie et le permis de construire ont été validés ou étaient en cours de validation durant la période transitoire, auront droit aux anciens tarifs. D’éventuelles hypothèses intermédiaires, notamment en ce qui concerne les exploitations agricoles, seront étudiées au cas par cas…avec la plus grande générosité. »

Globalement satisfaite, la FNSEA critique néanmoins « l'exclusion des projets de plus de 250 kW et demande au ministère de reprendre au cas par cas certains de ces projets de plus de 250 kWc aux conditions tarifaires de l'arrêté de 2006. »

Facilasol, installateur dans le secteur agricole : « En ce qui nous concerne, l’incertitude est levée pour 250 de nos dossiers agricoles. Nous allons désormais poursuivre notre plan de développement sereinement,  et continuer à créer des emplois dans un secteur économique stable avec une visibilité retrouvée », a commenté David Hernani, directeur général de Facilasol.

Retour en haut

Le solaire, photovoltaïque et thermique, a la faveur des Français

Centralesphotovoltaïques>Energies renouvelables>France
23/02/2010 14:50:17 :

69% des Français citent spontanément l'électricité solaire photovoltaïque en tête des sources d'énergie pour l'avenir, devant le thermique pour chauffer l'eau (62%), l'éolien (54%) ou encore le bois et la biomasse (32%), selon un sondage réalisé par OpinionWay à la demande de Solairedirect ; le baromètre 2009 de l'Ademe indique, lui, que 97% des Français se déclarent favorables au développement des énergies renouvelables, 68% donnant la priorité à l'énergie solaire et 43% à l'éolien ….

Malgré des variations régionales dues, selon les sondeurs, au contexte sociétal, à la présence plus ou moins forte d'acteurs régionaux, à une disparité au niveau des subventions, ou encore aux débats publics organisés (ou non), l'énergie solaire est plébiscitée quasiment sur toute la ligne. D'ailleurs, il résulte aussi de l'enquête d'OpinionWay que 45% des Français attendent plus d'informations sur l'électricité photovoltaïque au niveau régional, moins d'1 Français sur 3 pense que les élus locaux (conseil régional, maire) font des efforts pour développer cette énergie et 57% estiment qu'ils devraient en faire plus.

La flambée du prix du pétrole et le Grenelle de l'environnement n'expliquent qu'en partie l'évolution favorable de l'opinion. Pour OpinionWay, les Français ont pris conscience des enjeux et intériorisé individuellement la nécessité de trouver des solutions avec les énergies renouvelables . Ainsi, 90% des Français sont favorables à l'installation de panneaux photovoltaïques sur la toiture de leur maison ou de leur immeuble, et ils sont 84% à être favorables à la construction d'un parc solaire dans leur commune.

Selon l'Ademe, l'énergie solaire bénéficie de la meilleure image. Elle est perçue comme la plus respectueuse de l’environnement, la plus économique à produire, la moins polluante, la moins dangereuse, la plus moderne et celle permettant de lutter le plus efficacement contre l’effet de serre. Son degré d'acceptabilité est de ce fait particulièrement élevé, que ce soit pour les bâtiments publics (96% de répondants favorables), sur le toit d’un voisin (88% de répondants favorables) ou sur son propre toit (97% des répondants favorables).

L'enquête d'OpinionWay a été réalisée auprès d'un échantillon représentatif de chaque région française, avec un total de 2492 personnes.

Question :
Selon vous, la production d'électricité solaire est-elle une solution d'avenir ... ?

Retour en haut

Les couches minces représentaient 19,8% de la production de cellules solaires en 2009, selon Displaybank

Couches minces>Panneaux >Etudes de marché
23/02/2010 14:46:17 :

Selon une étude de Displaybank, les cellules solaires couches minces auraient représenté l'an passé 19,8% de la production totale de cellules solaires évaluée à 9,6 GW, soit 7 points de plus qu'en 2008 ; pour 2010, la part de marché des couches minces devrait atteindre 23,4%, pour un marché total alors estimé à 12 GW ….

La technologie CdTe essentiellement utilisée par First Solar est restée la plus importante, avec 12,3% de la production totale (1,16 GW) en 2009, contre 6,4% en 2008.

Retour en haut

SOMMAIRE du 23/02/2010
Hebdo précédent
publicité
 L'ESSENTIEL
Cellules solaires : le consortium français PV20 vise une production de 500 MW en 2020
Tarifs d'achat : le gouvernement lève le voile sur la période de rétroactivité
Demandes de raccordement ERDF : où est la bulle spéculative ?
Solairedirect plaide pour une nouvelle baisse significative des tarifs d'achat dès fin 2010
Tarifs d'achat : les réactions, suite ‎…
Le solaire, photovoltaïque et thermique, a la faveur des Français
Les couches minces représentaient 19,8% de la production de cellules solaires en 2009, selon Displaybank
 EN BREF
Petra Solar obtient 40 M$ de financements
Tarifs d'achat : -16% au 1er juillet en Allemagne
L'Italie devrait doubler sa puissance PV installée et atteindre 2 GW en 2010
Q-Cells : perte record de 1,36 milliard d'euros en 2009 !
First Solar passe la barre des 2 milliards de dollars
Projets : France, Allemagne, Pérou, Etats-Unis, Mexique
Contrats : CNPV Solar Power, Volthaus, SSP, Powerhouse Solar, ET Solar, USE, ReneSola
Et aussi : EDF EN, Evergreen, ECD, REC, JA Solar, Photowatt
-=-=-=-=-=-=


Accédez aux différents articles grâce au menu de droite




© VIPRESS - Soyez le premier informé !
Mentions légales